Ris, Fusée, Écumes

[Ris, Fusée, Écumes]

I. Hélicoptère

Vides, L’Ensemble

Élément de la Discorde

Est l’Enclave de la

Mélancolie

– Privé de Jour.

 

II. Le Glas

S’achèvent les Nuits,

Vivent les Sentinelles,

Et la Cantilène

Repense à l’Été des

Nues.

L’Inachevé est la torture des maudites voies.

 

III. La Fleur

Accompli,

Le Jardin

Des

Étoiles

Verdit.

IV. Closerie

Morte

Amoureuse

Pensive

Perle

Qui Chante

– Le Trait.

 

[Mrs Burne Jones, Dante Gabriel Rossetti, 1860]

Eres Azucena

[Eres Azucena]

 

I. États généraux

L’Amandier Fleurit

en Hiver.

Le Livre

Pose

une question:

Hasard ou Limites?

 

II. Sinople

La conjonction

Des Étoiles

Soulève

Le Puits.

Au-delà de nous,

Le Noûs

Amour

 

III. Iris

Fleur ou Bois

Le Feu

 

[Œuvre: Vincent van Gogh, Branche d’amandier en fleurs dans un verre avec un livre, 1888]

[La Pandereta]

[La Pandereta]

 

I. Élysées

 

Dans le Cyclone de

L’Œil souffle

Le Point grave.

Theodoros

Époux céleste de

Catherine Désirée

Céleste

Infernal

Terrestre

TOTVS

 

II. Montmartre

 

Le Cercle d’une Rivière qui

Chante

L’Arrivée du Jour

Bruissant

Claquetant

De Foi

Allegro

Mode Fa

 

[Scansion poétique: Catherine Désirée]

[Œuvre: J. W. Godward, Drusilla, 1906]

Dames

[Dames]

Les barreaux sont des croisillons.

Les motifs sont des légendes.

Les collerettes sont des éventails.

Chevelures.

Tresses.

Coiffes.

La patience est l’amie des jeux.

Le calcul est l’ennemi des joies.

L’observation règne.

Au-delà de l’intime, s’étend l’Absolu.

Santé des Coupes.

Communion des Esprits.

Le Levant.

[Œuvre: XIIIème siècle, Dynastie Quing, Période Quianlong, Chine]

[Odyssée: scribere, Hymne]

[Odyssée : scribere; Hymne]

 

I. [Athéna]

 

tema, thème

La Musica

Andante Moderato

DURAS

HÉLAS – HELLAS

Michele

TVVS

SEMPER

AMOR

Le Bateleur

Les Trois Rois

Et l’Espoir comme

SILENCE

Pli au Jour

Nuit au Fort

La Concorde

Des Saints – Plume Parker

Ailes de Papillon

MORPHO

CREATIO-MAGDALA

De Sevilla a Jerez, Cádiz

ORATORIO

Arte efímero, pasos,

El Latir del Eterno Corazón

 

II. [Athéna et Mithra]

“unidos como el verso y lo que nombra

cual son las olas olas y son mar” [Vicente Luis Mora]

 

III. [La Musicalité, Sources]

 

IV. SIBHMAV MATER [Titre de l’opus]

Tu Es

L’Insoupçonnable — 4 septembre 2016, Opéra des Nations, Genève – 4 septembre 2017 – 4 septembre 2018

[Tu Es]

Amour de ma Vie

Souffle de mon Cœur

Œuvre des Jours et des Nuits

Apothéose

L’Élan du Maestro

Est

Voir au-delà du regard

Entendre au-delà des lèvres

Épouser le Temps

Éternité

Hic et nunc

Semper

Chef-d’œuvre

L’Amour de l’art, L’Art de l’Amour

Theodoros

Catharsis

[Œuvre: Leonardo da Vinci, Mona Lisa]

[Boulevard du Théâtre]

[Boulevard du Théâtre]

 

L’Homme de Feu

Descend du Ciel

 

Deus ex machina

 

Il gît sur la Table

Du Marché des Fleurs

 

À Rome

 

Il chante la Complainte

De Marie La Fleur

L’Épouse

 

L’Annonce de Claudel

Soudain frémit de

Peur

 

L’Échange ridicule des

Précieuses lit l’Orbite

De la Pythie

 

À Cumes

 

Le Feu est la Tempête des

Élucubrations enivrantes de

Mozart le Doux Forte

 

Self-Conduit des

Chapiteaux

 

Pont-Levis de

L’Amphithéâtre

 

Œil et Dent

Sylvain

Danse

 

Rameaux et Gerbes

La Flamme guérit

 

Et la Mandoline

Console

 

[Œuvre: Ithell Colquhoun, Dark Fire]

 

Alba

[Alba]

 

L’entendement d’Ariel

Dépasse les étincelles

Du Ciel

 

Marche nuptiale

Romaine

 

L’extinction de la Lune

Merveilleuse promet

Un Jour de

 

Pain

 

Comme un lac paisible

 

Baptême

 

Élan des tuniques

Japonaises

 

Soubresaut de la Danse

des Cygnes

 

Perle Sauvage

 

Poisson des Steppes

 

Le Cœur

 

[Œuvre: Mikalojus Konstantinas Ciurlionis]

Ὀδύσσεια

Invitation à un voyage initiatique

dans le Wagon de Minuit

de la poétesse Catherine Désirée

qui lira une Odyssée des Ténèbres

Ὀδύσσεια

extraite de son roman poétique

Outre-Lieux, Romance de désamour

en camaïeu Soleil Levant

(à paraître en septembre 2018 aux Éditions ABM),

sur une proposition de Trains de Vie

et des Éditions Maison éclose

qui ont imaginé un trajet de Genève à Morges,

le 31 août 2018 à 9h19, depuis la Gare de Cornavin, avec le train RE 3215,

dans le cadre de l’ouverture de la

manifestation littéraire

Le Livre sur les quais 2018;

en comptant sur d’un-e comédien-ne dans le cadre de la mise en lecture qui sera nocturne et étoilée.

Réservez votre place pour ce trajet mémorable – mosaïque de voix entremêlées au fil des wagons, des climats et des mots!

[Ph: Catherine Désirée]

Marcel Proust, ou L’Art d’Aimer

[Marcel Proust, ou L’Art d’Aimer]

Le Lys

L’Aubépine

 

Tragi-Féerie

Des Semblants

Neufs

 

Virginale

Préoccupation

En l’État,

 

L’Insoupçonnable

 

– arthur rimbaud illumine

l’icône des fleurs de sept ans

et charles respire

 

Les Correspondances

 

[Œuvre: Jacques Émile Blanche, Portrait de Marcel Proust, à l’âge de 21 ans, 1892]

Astre Dé

[ASTRE DÉ]

 

[Astre]

Le Ciel de William

Roule comme un

Crâne

 

Lumineux

 

Auprès des Corolles

Blanches

 

Ophélia

 

[Dé]

Le Chaudron du

Sabbat

Rugit

 

Sur la Carte du

Monde

 

Quand

 

Hécate

Roue

De la Fortune

 

Émet le Signal de

Welles

 

[Désastre]

Le Dé

Astre de la

Coupe

 

Dore

 

Le Mors

Des Apocalypses

 

Sues

 

[Œuvre: James Turrell]

Jacob

[Jacob]

 

La Grise

Colombe

 

Noire

 

S’étend

Au Cœur de

L’Ouvrage

 

– Pain quotidien,

 

Marche du

Temps,

 

Auvent des

Rêves.

 

L’hiver des soies déchirées accomplit la silencieuse principauté des Soleils intérieurs.

Sacré-Cœur, éternellement.

 

Au faîte.

 

[Œuvre: Santiago Rusiñol, Le Sacré-Cœur en construction, 1890]

 

Le Vitrail de Vézelay: présentation du roman poétique Outre-Lieux

Outre-Lieux,

Romance de désamour

en camaïeu Soleil Levant

roman poétique de Catherine Désirée

 

***

 

PRÉSENTATION DU ROMAN:

Le Vitrail de Vézelay

par Catherine Désirée

 

IMG_E0307

​Le Temps de Marie-Madeleine

Écrit entre 1999 et 2014 par intermittences, Outre-Lieux, Romance de désamour en camaïeu Soleil Levant retrace sous l’égide des arts la quête identitaire d’une jeune fille en proie à l’amour idéalisé qui, dans un pèlerinage ascensionnel, découvre sa voie poétique à la lumière de ce qu’elle appelle l’Insoupçonnable – État de Virginité-en-Création, ou pneuma matriciel – éprouvé en trois temps magdaléniens: Marie-Madeleine Pécheresse, Marie-Madeleine Pénitente, Marie-Madeleine dans la Grotte.

Le pèlerinage des Arts 

L’histoire principale divisée en trois parties concordant avec la figure de Marie-Madeleine pécheresse, pénitente, extatique, se déploie dans une coexistence avec les arts vivants comme inscription scénique de l’Insoupçonnable: (Partie I) THÉÂTRE OU HASARD, (Partie II) DANSE ET FOLIE, (Partie III) OPÉRA.

Dans THÉÂTRE OU HASARD, Fée, jeune fille sensible et émotive, tombe amoureuse de Luk, jeune comédien, révolté et séducteur, qui fait ses armes dans un théâtre genevois. Le hasard impérieux fait partie intégrante de leur relation cousue de fil blanc : au gré de coups de dé, Fée décide de son destin, prenant des décisions qui la font glisser dans la représentation d’un réel fictionnalisé.

Dans DANSE ET FOLIE, Fée, le premier jour de l’an, décide de quitter Luk et de partir à Grenade, en Espagne. À la gare, elle rencontre Sol, une vieille gitane qui l’introduit dans une confrérie secrète pratiquant le flamenco. Elle découvre la passion interdite avec un danseur marié. Puis, Luk retrouve Fée qui, troublée par les sentiments exhumés, perd pied. En véritable « deus ex machina », le personnage de Nio apparaît soudainement, la sauvant du gouffre.

Dans OPÉRA, Nio et Fée partent à Venise célébrer leur amour électif. Si Nio tient un carnet de voyage, Fée, quant à elle, tient un carnet de rêves où ressurgit malgré elle son passé fictionnalisé. Chevauchant sur des pics émotionnels abrupts, elle sombre dans un sommeil profond où trois violents cauchemars l’accaparent. Sortie de l’épaisseur des ténèbres, elle tient un journal, Le Livret de Poétesse, dans lequel elle prend conscience de la rédemption cathartique à travers l’art, et annonce l’œuvre à venir.

Le supra-surréalisme: outre-lieux

Mon roman poétique rend compte de la transformation du réel à travers la sensibilité exacerbée de Fée qui voyage dans son imaginaire empreint d’onirisme surnaturel. Exploration de l’espace mental et de la subjectivité, des rêves et du dérèglement des sens, la puissance des états qu’elle traverse s’ouvre à une transcendance spirituelle qui est éprouvée dans une progression libératrice.

La transautobiographie

Si mon rapport à l’écriture s’est tout d’abord inscrit dans le genre expérimental que Serge Doubrovsky a créé, l’autofiction, au fil de l’écriture, j’ai déplacé la « fiction d’événements et de faits strictement réels » vers ce que j’ai appelé la transautobiographie, les repères du réel étant dépassés par des correspondances intérieures métamorphosantes.

 

Au-delà des genres: un temps musical

​Dans une perspective postmoderniste, Outre-Lieux, Romance de désamour en camaïeu Soleil Levant joue avec les trois genres – roman, théâtre et poésie – en chantant une histoire de désamour sur un ton déclamatoire qui soit découpe le phrasé poétique en strates rythmiques, soit le concentre dans un long souffle suivant les pérégrinations de l’âme – la musicalité de la langue se déployant visuellement dans le corps du texte.

Excavations conformes

​La structure du roman poétique est, quant à elle, réfractée en mosaïque, comme dans un vitrail, apparentant chaque chapitre à un petit poème en prose. En parallèle de la quête de Fée, les histoires des personnages secondaires éclairent à demi mot l’intrigue centrale. En outre, apparaissent en convergence avec chaque partie une pièce théâtrale, une partition chorégraphique et une réécriture  du livret de La Traviata de Guiseppe Verdi. Ces matériaux, pris symboliquement dans la toile de Fée, présentés en alternance et par paliers, confèrent au roman la forme d’une constellation s’éclairant au fur et à mesure dans l’esprit du lecteur.

Comme un Manifeste

Se terminant par l’avènement de la figure de la poétesse, Outre-Lieux, Romance de désmaour en camaïeu Soleil Levant est comme un manifeste artistique à partir duquel se poursuit réellement ma propre exploration littéraire.

Je suis en train de concevoir un oratorio autour de l’archétype féminin qui s’appuie  sur les images scénico-émotives (ou instantanés subjectifs) saisies dans des Carnets Noirs pendant les 67e et 68e Festival d’Avignon et lors de La Tétralogie de Wagner donnée au Grand-Théâtre de Genève en mai 2014.

***

Sites Web:

www.catherinedesiree.com

https://catherinedesiree.org

La Composition

[La Composition]

 

Les soies de l’Antre, Pierre

De Stuc, Reflet Opaque des

Cadres assoupis

 

J’entends tomber la pluie du printemps sidérant, gorgées de Judée, miracle des doigts musiciens.

 

La Colombe des Arpèges

Flamboie

Bleue

Composant l’Union

 

[20 mai 2018, Dimanche de Pentecôte]

[Poème: Catherine Désirée]

[Œuvre: Josef Stoitzner, La Chambre bleue]

La Barque des Lendemains

[La Barque des Lendemains]

 

Le petit jour des mains rêvées chante l’originel

Jugement des Rames incandescentes

 

– Fleur du Roi pêcheur,

Lumière de Chine,

Trésor et Ardeur.

 

Les bois virginaux respirent l’immensité

Diurne des Siècles et des Rivages,

 

Reflets de matière célèste,

Éblouissants interstices

– Consécration.

 

Le petit jour des bois virginaux explore

Le Paradis des Bénédictions croisées

 

– Scansion de Jacob,

Augures de Mélusine,

 

Horizon et Ascension,

La Couronne

 

[Poème: Catherine Désirée]

[Œuvre: Gustav Klimt]

Glissando

[Glissando]

 

L’Empire des Vertèbres

Russes éclaire l’Élévation des

Cercles, Grotte des Cétacés,

Feuilles d’Automne, Regards

 

Les Brèches des Dômes croisent

Le Colosse de Naples, Vice-Roi des

Colombes, Sergent de Michel-Ange,

Chapelle de l’Œuvre

 

L’Enfant attend le Signal des Colibris,

Domination, Libera Me, Noir

 

[Poème: Catherine Désirée]

[Œuvre: Remedios Varo, Invocation]

Papillon-Étoile

 

L’Ange, Cupidon, Icare,

Approfondit

L’Élévation.

 

Cible ou Chute,

L’Étincelle du

Devenir culmine

Là où le Blanc est 

 

Labyrinthe,

 

Père des Failles et des

Faîtes.

 

L’Enfant qui regarde

Rêve,

 

Origines du Battement d’Ailes

Déplacé au Sinaï des  Glaises,

 

Œuvre d’Ulysse, Navire des

Étendues assemblées, Pierre des

Signatures érigées.

 

Salvador, Saint, en s’envolant,

Ouvre les Portes de notre

Élan.

 

L’Amour, ou la Métamorphose,

 

Racines du Ciel.

 

[poème: Catherine Désirée]

[Œuvre: Salvador Dalí, Les Ailes, 1958]

René d’Anjou et le Cœur Crucifié

CÉLESTES DIRECTIONS 

 

Œuvre: Cœur crucifié, in Le Mortifiement de vaine plaisance, René d’Anjou, France, c. 1470, Cologny, Fondation Bodmer, Cod. Bodmer 144, fol. 65

***

 

TRIDUUM 

 

Cœur-Croix

Trois Blanches

 

Les Clous – Épée de l’Esprit,

Divine Justice

 

Horizons

 

Porter son regard au cœur du Cœur,

Élection de l’Arme d’Amour

 

Marie-Madeleine

 

[texte: Catherine Désirée]

***

L’Œil ou l’Étoile, deux motifs-symboles comme incipit herméneutique

Au cœur de l’Étoile de David gît la pierre précieuse, opale ou escarboucle, Œil de Feu, dans la tradition alchimique.


À partir d’ Arcane17, œuvre-carrefour d’André Breton, l’investissement polysémique de l’étoile sera mis en regard avec la prunelle des yeux de Louis Aragon – Elsa Triolet – réfractée dans le recueil de poèmes Les Yeux d’Elsa.

Les deux œuvres ont été écrites pendant la Seconde Guerre mondiale, comme un acte de résistance à travers l’écriture, l’un en prenant le large, l’autre en restant sur place.

Deux perspectives qui se croiseront, donc.